Archives de Catégorie: Art

Albert Exergian

J’ai découvert récemment un artiste, Albert Exergian, qui fait des affiches très graphiques représentant l’âme d’une série américaine de façon synthétique (voici le site internet : http://www.exergian.com/). Je vous montre la première.

Cette image représente la série Prison Break. C’est incroyable que de simples rayures verticales peuvent signifier autant de chose. On se représente très bien l’évasion d’une cellule de prison. De plus, le gris est une couleur qui représente bien l’imaginaire autour du monde carcéral.

Cette image illustre la série Dallas. La goutte noire représente une goutte de pétrole qui est au cœur de la série (elle se situe dans le monde pétrolier). Mais elle représente aussi une larme car Dallas est une série dramatique. Je trouve ce symbole très fort et réussi.

Cette dernière image représente la série Mac Gyver. Le personnage principal de cette série arrive en effet à se sortir de toutes les situations en bidouillant des objets improbables. On retrouve bien ici cet esprit avec ce trombone un peu déroulé. Cette affiche est peut-être ma préférée, je la trouve simple et efficace.

Pour votre santé, dévorez 3 images et photos par semaine.

Publicités

There is no gene for race…

Comme nous le savons tous, il n’y a pas de race chez les Hommes, nous faisons tous partis de la même : la race humaine.

Une artiste américaine, Nancy Burson, a créé une incroyable machine, capable de transformer une femme blanche en femme noire, un homme asiatique en homme sud-américain.

Cette machine se présente comme un photomaton, où l’on est pris en photo, puis notre visage subit des petites modifications pour nous faire changer d’ethnie.

Le but de Nancy Burson avec cette expérience « The Human Race Machine » est de montrer que nous n’avons pas de gène différent en fonction de notre origine, qu’il suffit d’un petit coup de photoshop pour devenir quelqu’un d’autre. Et je trouve que le résultat est plutôt bluffant!

C’est agréable de voir à quel point nous sommes exactement les mêmes…mais en un petit peu différent! 🙂

Pour votre santé, dévorez 3 images et photos par semaine.


Le Baiser de Klimt

Le « Baiser » de Gustav Klimt a été peint entre 1907 et 1908. Il représente Gustav tenant sa maîtresse Emilie dans ses bras. Les couleurs sont magnifiques, avec de l’or et des couleurs vives. Seul le fond est brun, ce qui fait ressortir les personnages. Ils sont posés sur un parterre de fleurs.

On remarque sur les habits de Gustav des carrés et des rectangles, qui sont les formes du masculin. En revanche, Emilie a des formes rondes et des fleurs sur sa robe, symboles de féminité. De plus, les rectangles peuvent être assimilés à un sexe masculin et les ronds à un sexe féminin. C’est déjà une forme de sexualité affichée. On peut aussi observer qu’il tient ici sa compagne d’une manière ferme mais tendre, il est au dessus d’elle et la domine. Elle a les yeux fermés, elle est agenouillée, soumise à son étreinte et se laisse aller dans les bras de son amant.

Ils semblent seuls au monde, perdus dans un univers où nous n’avons aucun repère (le fond est neutre).

Ce tableau possède une sexualité très directe mais a échappé à la censure de l’époque car on ne peut rien lui reprocher, on ne voit rien de choquant. Même si je trouve que la façon dont Gustav tient sa maîtresse est vraiment très érotique.

Pour votre santé, dévorez 3 images et photos par semaine.